Célébrer le Mali pour la paix et la solidarité

Total
0
Shares

Dans le cadre de la Rentrée Solidaire et de la Semaine de la Solidarité Internationale, la ligue de l’enseignement de Paris 20ème a maintenu, en dépit des attentats qui ont touché Paris mais aussi Bamako (le 20 novembre), les festivités prévues pour célébrer le Mali et la solidarité internationale, en contre réponse directe à la peur et au repli sur soi.

La journée malienne organisée au Centre d’animation Lumière le 21 novembre, en relais avec les actions solidaires des centres d’animation Les Amandiers et Wangari Maathai, a été un succès et une belle illustration de ce que le partage humain et la rencontre des cultures peut offrir de plus beau.

 

ob_5836df_dsc05991

ob_d650de_dsc05982

 

Les mots des miss maliennes (candidates au titre officiel de Miss Mali France, l’élection ayant lieu une semaine plus tard) qui ont défilé ce jour-là ont résonné fort avec l’actualité et les droits des enfants maliens à l’éducation, à l’équité, à la protection. Certaines ont évoqué leur parcours personnel en France et leur lien toujours fort avec le Mali.

L’initiation à la danse africaine a créé un moment très fort de partage entre les participants de tout âge, de tout horizon (habitants du quartier, jeunes fréquentant les centres d’animation, familles, migrants accueillis dans le centre…), les mets partagés et le jus de bissap sur fond de chora et de djembé ont délié les langues.

Un grand merci aux centres d’animation et à la Ligue de l’enseignement Paris, mais aussi aux associations présentes, aux danseuses et au musicien et à tous les participants qui ont rempli au fil de l’après-midi le bac de collecte de fournitures scolaires neuves ou de sourires.

Un merci tout particulier à Aurélie Brisset, animatrice jeunesse, qui a coordonné cet évènement pour donner un coup de pouce à la Rentrée solidaire et un coup de projecteur sur le Mali en investissant une grande partie de son temps à communiquer autour d’elle, auprès des centres du 20ème arrondissement, auprès des agents d’accueils, des jeunes accueillis dans les centres, en allant expliquer directement le projet et en sollicitant des partenaires pour participer à la journée. « Je me suis intéressée à cette opération, car elle m’a permis de rassembler des partenaires autour de la cause des droits de l’enfant et de l’éducation au Mali. Votre action au Mali a retenu mon attention parce que les jeunes avec lesquels je travaille sont nombreux à être Maliens ».

 

« Ce qui me plait dans cette action est de pouvoir sensibiliser le public à une cause solidaire sans forcément demander de l’argent et en donnant aux jeunes aussi la possibilité de participer, d’être solidaires en donnant un cahier ou un crayon » déclare du haut de ses 24 ans Aurélie

You May Also Like

L’éducation au Mali

Le Mali est un des pays les plus pauvres du monde, et comme pour beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest, la situation de l’éducation reste préoccupante. Le taux de mortalité…
Lire la suite